Balade en Ardenne et en Hainaut sur les traces de la série belge « Coyotes »

L’Ardenne belge n’a pas fini de dévoiler ses trésors naturels sur nos petits écrans. La nouvelle série belge, «Coyotes», nous embarque notamment dans le village un peu secret de Fouches, à la frontière luxembourgeoise. Ça vous donne des envies de découvertes ? Suivez les guides, trois des jeunes acteurs vedettes de cette fiction, jusqu’à un magique point d’eau…

À l’écran, il faut beau, il fait chaud, et ce village de 1150 âmes de la province du Luxembourg ressemble à s’y méprendre à un hameau français fait de vieilles pierres. En réalité, à Fouches, dans l’arrondissement d’Arlon, il fait un peu moins lumineux en ce mois de mai pluvieux et froid. Mais il règne bien là, à quelques kilomètres de la frontière, une atmosphère particulière, une sensation de calme.

Entouré de bois et de champs, le village de Fouches a été pris pour décor - à quelques exceptions près, vous n’y verrez pas le château, situé, lui, au Grand-Duché du Luxembourg - par la série belge actuellement diffusée sur la RTBF, «Coyotes ». Quelques ruelles en pente, une église et une salle des fêtes et l’ambiance du tournage est presque reconstituée. Ne manque plus que des guides de luxe, trois des jeunes comédiens - Sarah Ber, Louka Minnella, Kassim Meesters -, qui crèvent l’écran et qui connaissent les coins et recoins de Fouches. «Quand je revois cette église, je revois la scène finale de la série », sourit le beau Louka, alias Kevin, le héros qui veut échapper à son destin.

L’église Saint-Hubert de Fouches, construite en 1804, vers laquelle mènent 4 ruelles, est centrale dans le récit qui se déroule dans le fictif village de Warnaffe. «C’est là où on va se confesser. Dans la fiction, c’est la chapelle de Warnaffe ». Hormis le curé de la paroisse, on ne croisera personne lors de notre balade guidée dans Fouches, au charme mystérieux, avec ses belles maisons en vieilles pierres rénovées et l’une ou l’autre enseigne d’un autre temps. «D’ailleurs quand on a tourné ici, on ne voyait les habitants qu’à leurs fenêtres. Ils étaient un peu inquiets aussi car il y avait tout à coup pas mal de gens rassemblés en pleine période Covid. »

En remontant l’église, deux rues plus loin, se cache la fameuse salle des fêtes. C’est là que tout commence. Là où Kevin se faufile dans une soirée un peu flippante de combat de catch, pour la quitter sur les chapeaux de roue, sur le vélo de Marie, qu’il trimballe sur le porte-bagages. Les ruelles de Fouches, ses paysages campagnards défilent à l’écran. C’est une invitation à une promenade bucolique cet été dans ce coin très secret (mais plus pour longtemps) de notre Ardenne.

>> Découvrez les autres endroits à voir et qui sont ces acteurs dans votre magazine Max, disponible ce samedi dans les journaux Sudpresse ou en cliquant ici.