Koh-Lanta en Wallonie : des stages de survie en pleine forêt

Pas besoin de s’inscrire à «Koh-Lanta» pour jouer les aventuriers! Des stages de survie sont organisés en Wallonie...

Jouer les aventuriers dans les forêts wallonnes et apprendre les rudiments de la survie en pleine nature? Se préparer à «Koh-Lanta»? C’est possible grâce à des stages de survie organisés par la société Surv’Event. «Cela fait douze ans que nous avons lancé le concept», nous explique Benoit Vooght, l’un des cofondateurs. «C’est parti d’une idée que j’ai eue avec mon associé, de proposer des moments dans la nature, pour se plonger dans les espaces naturels que nous avons autour de nous mais aussi permettre aux gens d’apprendre à se débrouiller dans ce milieu naturel si par exemple un jour ils étaient perdus en randonnée».

Différentes formules sont disponibles. La plus courte se déroule en une seule journée. «On parcourt toutes les techniques de base, comme allumer un feu, trouver de l’eau. C’est une découverte de ces techniques». Pour ceux qui désirent pousser l’expérience plus loin, une formule plus longue est aussi proposée. «Cela dure tout le week-end. Il y a la version nomade, dans laquelle on inclut de la marche ou alors une version sédentaire qui nous permet d’aller plus loin dans certaines techniques. Lors de ce week-end, on met vraiment en pratique ce qu’on apprend car on part sans eau et sans nourriture! Si on veut boire, il faut récupérer de l’eau dans la rivière, puis apprendre comment la rendre potable».

Ancien militaire, Benoit avait eu une formation sommaire à la survie lorsqu’il était à l’armée. Mais c’est surtout par lui-même qu’il a ensuite découvert les ficelles de la survie en pleine nature. «Avec mon associé, je suis parti de nombreuses fois dans les bois pour tester des techniques. Nous avons lu des livres puis nous avons essayé de mettre tout cela en pratique». De vrais aventuriers! Un peu comme ceux de «Koh-Lanta ». «J’ai déjà pensé plusieurs fois m’inscrire mais cela représente un certain sacrifice de temps». Mais certains candidats de l’émission d’aventures de TF1 se sont déjà inscrits à Surv’Event. «Les gens qui viennent suivre nos formations sont parfois des gens qui veulent vivre un week-end de déconnexion complète. Il y a aussi des gens qui voulaient se préparer à ‘Koh-Lanta ’. Ce sont souvent des personnes avec des profils très différents qui s’inscrivent chez nous, mais ils sont tous intéressés par la vie en extérieur».

Des émotions intenses

Contrairement aux idées reçues, ces stages ne sont pas trop intenses. «Ce n’est pas physique dans le sens où l’on ne demande pas aux participants de faire un marathon! On marche un peu. Mais c’est intense dans l’expérience car on se prive de nourriture et d’un peu d’eau. Il y a la vie en groupe, des décisions à prendre ensemble. C’est intense dans les émotions que l’on peut ressentir».

En fonction des saisons, les difficultés de la survie ne sont pas les mêmes. «Cela dépend du moment. En plein été, il fait chaud donc vous aurez plus facile à allumer un feu. Mais la difficulté sera de trouver de l’eau. Vous aurez soif beaucoup plus vite. À l’opposé, en hiver, vous trouverez plus facilement de l’eau –notamment s’il y a de la neige– mais par contre ce sera plus compliqué d’allumer un feu». Niveau alimentation, c’est vers les plantes que Benoit et les autres formateurs de Surv’Event se tournent. «Il y a de nombreuses plantes comestibles en Wallonie, mais il faut savoir les reconnaître !». Comestibles peut-être mais pas toujours go ûteuses!

Pour ceux qui désirent vivre ces aventures sur du plus long terme, et dans un environnement différent, Surv’Event propose aussi des stages à l’étranger… dans les Caraïbes.

Plus d’infos : surv-event.be