Rencontre avec Pierre-Jean Chalençon, le plus populaire des gardiens du temple napoléonien

On ne le surnomme pas l’Empereur des acheteurs pour rien. Chaque recoin de son magnifique palais Vivienne, à Paris, est imprégné de l’histoire napoléonienne.

Avec l’amuseur Pierre-Jean Chalençon, la grande histoire  - le bicentenaire de la mort de Napoléon et son « imprégnation sur la Belgique » - et la plus petite - celle qui l’a longtemps lié à « Affaire conclue » - font bon ménage, confortablement assis sur un fauteuil de mariage de Bonaparte.

L’histoire de la Belgique est intrinsèquement liée à Napoléon Bonaparte…

La chute de l’Empire français a permis la naissance du royaume de Belgique…Napoléon aurait dû être le premier roi des Belges ! Votre premier souverain, je suis désolé, c’est Napoléon ! La Belgique est bien plus imprégnée du régime de Napoléon. Je sens les Belges beaucoup plus réceptifs à cette histoire aussi. Je pense que je viendrai faire une conférence chez vous là-dessus à la rentrée.

L’été dernier vous avez quitté l’émission « Affaire conclue ». Est-ce que ça vous manque ?

« Affaire conclue » ne me manque pas, par contre, l’ambiance des tournages me manque. Mais quand je vois ce que l’émission est devenue, rien ne manque ! (rire) On ne reconnaît plus les acheteurs tellement il y en a, c’est surjoué et le dernier prime-time s’est pris une gamelle dans les audiences ! C’est le Waterloo d’ « Affaire conclue » ! C’est ridicule ce qu’ils ont fait, déguisés. Aurait des GO du Club Med, sans la folie, la rigolade. Le seul qui a sorti son épingle du jeu c’est Harold, et Julien bien sûr. Moi, j’aurais refusé. Ça me fait de la peine de voir ce que c’est devenu, j’ai travaillé comme un acharné pour cette émission. C’est triste, c’était une belle émission populaire qui parlait d’Histoire. Il n’y a pas plus d’apport historique, on est davantage dans de l’achat-vente, on n’explique plus l’objet.

Pour vous, la machine « Affaire conclue » est rouillée ?

C’est fini ! Il n’y a plus d’élément moteur. Le producteur historique, celui qui mettait un peu de la folie, trouvait les objets, est parti. Les objets sont de moins en moins beaux…Sophie (Davant), qui est ma copine, n’a jamais été l’élément moteur de cette émission. Ensuite, tu enlèves un mec comme Pierre-Jean Chalençon ou un mec qui s’appelle Julien Cohen, qui est solaire, tu casses le moteur. J’étais là tous les jours, lui l’est encore. Mais sans binôme, tu es mort. Lui se fait chier. Les acheteurs autour de lui n’ont aucun charisme, ils ne mettent pas l’ambiance, même s’ils sont chouettes. Il faut des caractères ! J’adore les gens de l’équipe, la plupart du temps ils viennent manger ici, mais si demain il n’y a plus l’émission, au bout de trois mois on ne saura plus qui c’est. Il faut des meneurs !

Mais vous vous voudriez revenir dans l’émission quand même ou faire quelque chose de totalement différent ?

Je voulais partir de l’émission. Mais entre partir définitivement et être traité comme un pestiféré, alors que je n’ai rien fait, il y a une différence.

Comme un pestiféré, carrément ?

Oui. Dans la 2e partie du prime-time d’ « Affaire conclue », on évoquait le buste de Rodin et on ne m’a pas cité, pas montré, alors  que je l’avais acheté. La production voulait me faire revenir en décembre pour que je fasse Père Noël. J’aurais dit « oui », il faut bien rigoler. J’ai bien fait le brocoli chez Hanouna ! J’ai simplement fait savoir à « Affaire conclue » que si demain il y avait un prime, je voulais bien être invité, faire un coucou. La production le souhaitait. Ce qui bloque, c’est un mec ou une nana à France 2 que je ne connais pas. Pour une chaîne de télévision qui prône la tolérance et l’ouverture d’esprit, je trouve que c’est quand même l’hôpital qui se fout de la charité ! Alors que moi je n’ai jamais rien dit contre France Télévisions. Tout le monde sait que c’est Line Renaud qui les a appelés après mon tweet.

 

>> Retrouvez l'interview complète de Pierre-Jean Chalençon ce samedi dans votre magazine Max disponible en librairie dans les journaux Sudpresse ou en cliquant ici