Easy Clothes : une success-story de Liège aux États-Unis

Easy Clothes, c’est à l’origine une boutique de vêtements en ligne qui n’a cessé de grandir. Deux magasins en Wallonie et un dépôt à Los Angeles plus tard, cette success-story liégeoise continue de voir loin.

Easy Clothes est aujourd’hui une machine bien rodée avec des collections qui sortent un mardi sur deux. Pourtant, le succès est un peu venu par hasard. «À la base, je suis institutrice et Martin ingénieur de gestion», explique Marine Grosjean, co-fondatrice de la marque. «J’ai toujours été passionnée de mode mais je n’avais jamais eu le projet d’ouvrir une boutique».

Marine Grosjean & Martin Duchesne - Fondateurs d’Easy Clothes

Il y a huit ans, Marine décide de créer Easy Clothes. «Je me suis lancée, sans me dire que ça allait marcher ou non. J’ai commencé à choisir des vêtements chez des fournisseurs sur Facebook mais ça a pris assez vite de l’ampleur. Martin est venu et on a fondé la société ensemble». Le site est arrivé six mois plus tard. «Ça s’est propagé en Belgique et un peu en France. On s’est mis sur Instagram et ça a vraiment pris de l’ampleur alors qu’on ne s’y attendait pas».

En parallèle, Easy Clothes a ouvert deux magasins, d’abord à Liège, puis à Louvain-la-Neuve. Les magasins et la boutique en ligne ont continué de grandir. «On a vraiment pris confiance en notre business et on a pris un entrepôt beaucoup plus grand, qui nous a permis d’évoluer à tous les niveaux», explique Martin Duchesne.

Pour choisir les collections, Marine fonctionne aux coups de cœur. «J’achète comme si c’était pour moi. S’il y a une tendance que je n’aime pas, je ne vais pas la proposer. On fait aussi des créations 100% françaises, où j’essaye de faire ce que je ne trouve pas ailleurs», explique-t-elle. «Les créations, ça a aussi un coût», souligne Martin. «On voit bien que le marché est moins important parce que c’est plus cher, mais on n’a pas le choix».

Le rêve américain

Il y a environ un an, Easy Clothes a ouvert un dépôt à Los Angeles. «C’était un objectif de s’attaquer à un autre marché», explique Martin. «On a tenté ce pari fou. On avait aussi la chance d’avoir deux personnes de notre famille sur place. C’est une autre société, un autre réseau social, un autre site, un autre entrepôt…»

La clientèle outre-Atlantique était confrontée à plusieurs problèmes, comme la livraison plus chère et longue, un service clients pas adapté à cause des horaires, l’euro, etc. «La seule façon de gérer ce problème-là, c’était de se déplacer aux États-Unis».

L’une des grandes forces d’Easy Clothes est aussi sa rapidité de livraison. «Le mardi à 20h, quand la collection est postée sur le site, on a environ 4.000 commandes», explique Martin. «Tout doit être prêt pour 4h du matin». Une grande organisation qui permet aux clients d’être livrés le jeudi matin. «On essaye de travailler sur une livraison encore plus rapide, mais aussi de réduire le temps pour les retours et les remboursements».

Après le lancement d’un nouveau site au mois d’août, la prochaine grande étape sera l’application. «C’est en cours et c’est vraiment une révolution pour nous », concluent Martin et Marine.

En détail

Easy Clothes

Rue de la Cathédrale 101, 4000 Liège

Rue Charlemagne 30, 1348 Louvain-la-Neuve

https://easy-clothes.com/fr/

Crédit photos : Easy Clothes