Vous manquez de motivation pour l’instant ? Voici pourquoi vous avez de plus en plus la flemme

123RF

Si vous manquez de motivation, ce n’est pas forcément à cause du froid qui s’est installé dans tout le pays, mais bien d’un phénomène que personne ne peut contrôler, à savoir la crise sanitaire du Covid-19. On vous en dit plus.

À l’approche de la saison hivernale, on a parfois tendance à avoir une baisse d’énergie, de moral, mais aussi un manque d’ambition et de volonté. On traîne des pieds en sortant du lit, on a du mal à rester concentré au bureau, on procrastine… Il semblerait que la crise sanitaire liée au Covid-10 ait toujours un impact sur la santé physiologique de nombreux individus.

En effet, selon une étude publiée par La Fondation Jean-Jaurès et l’Ifop portant sur la transformation de nos modes de vie après ces deux dernières années de crise sanitaire, 30% des sondés déclarent être moins motivés qu’avant. Et pour cause, 41% des Français se sentent plus fatigués qu’avant la crise liée à la Covid-19 après un effort physique, contre 54% qui ne ressentent pas de changement et seulement 5% qui ont la sensation d’être moins fatigués qu’avant suite à un effort physique.

D’ailleurs, la sensation d’une fatigue plus importante qu’avant la Covid-19 à l’occasion d’un effort physique affecte aussi bien les hommes (41%) que les femmes (40%). On notera par ailleurs que 28% des 18-24 ans indiquent faire moins de sport et d’activités physiques par rapport à ce qu’ils faisaient avant la crise sanitaire. Selon un rapport de l’ANSES publié en février dernier, 95% de la population française serait exposée à un « risque de détérioration de sa santé » en raison de son manque d’activité physique et d’un temps passé assis trop important (seulement 5% des adultes français auraient une activité physique suffisante).

45% des répondants disent être régulièrement touchés par une épidémie de flemme les dissuadant de sortir de chez eux. Cette flemme de sortir de chez soi touche particulièrement les tranches d’âge intermédiaires : 52% parmi les 25-34 ans et 53% auprès des 35-49 ans, contre seulement 33% des soixante-cinq ans et plus.

Comment expliquer ce phénomène ? « La crise sanitaire a engendré un stress supplémentaire pour notre système de stress. Cette pandémie était inconnue, imprévisible et totalement hors de contrôle. À côté de ça, les confinements nous ont privés d’une série d’éléments qui permettaient d’éliminer notre stress, comme faire du sport, voir des amis ou participer à des événements culturels. La crise sanitaire ajoutait donc plus de stress et retirait tous les moyens de le diminuer », nous avait confié le psychiatre Xavier de Longueville. « Dans les stratégies d’adaptation au stress, il existe un élément important qui est la recherche d’informations face à un élément inconnu. C’est un réflexe de notre cerveau. Nous avons donc passé notre temps à regarder les réseaux sociaux en quête d’informations. Ça rendait les choses plus contrôlables, maîtrisables et compréhensibles. »