Hygiène : à quelle fréquence faut-il nettoyer les essuies de cuisine pour ne pas risquer d’être malade

Essuyer la vaisselle, se sécher les mains, nettoyer le plan de travail… On utilise les essuies de cuisine tous les jours ! Pourtant, s’ils ne sont pas nettoyés assez régulièrement, ils peuvent provoquer une intoxication alimentaire. Explications.

Saviez-vous que vos essuies de cuisine représentent un risque d’intoxication alimentaire ? Des chercheurs de l’Université de l’Île Maurice se sont penchés sur la question. Résultat de l’étude ? Sur 100 essuies utilisés pendant un mois sans être lavés, 49 étaient porteurs de bactéries, indiquait Femme Actuelle.

Peut-on être malade à cause des essuies de cuisine ?

Les scientifiques ont également remarqué que sur 36,7% des tissus contaminés, on retrouvait des traces de bactéries coliformes, dont fait partie Escherichia Coli. Si la majorité des souches de E. Coli sont inoffensives, certaines peuvent être pathogènes.  

Ils ont également détecté des bactéries entérocoques sur 36,7% des essuies et des staphylocoques dorés sur 14,3% des chiffons. Or, ces derniers sont responsables de la majorité des intoxications alimentaires.

À quelle fréquence faut-il les changer ?

Logiquement, plus il y a de personnes dans le foyer, plus la quantité de bactéries va être élevée. De plus, lorsque l’on consomme de la viande, les bactéries coliformes et les staphylocoques ont un taux de prévalence plus élevé, selon les chercheurs.

Donc, si vous utilisez le même essuie pour vous essuyer les mains, sécher la vaisselle et pour nettoyer le plan de travail, le risque de contamination est beaucoup plus élevé. Dans ce cas, il est conseillé de changer d’essuie… tous les jours !

Sinon, mettez-les au linge tous les deux ou trois jours et veillez à bien les faire sécher après chaque utilisation. Quand vous les lavez, programmez votre machine sur 60°C pour bien éradiquer toutes les bactéries.

Pour limiter la propagation des germes, vous pouvez également utiliser des chiffons jetables ou des serviettes en papier. L’idéal serait de bannir les essuies humides et à utilisations multiples, surtout pour les familles nombreuses et non-végétariennes. a